Patrimonialisation : nouvelles problématiques

Séminaire inaugural du laboratoire SICLAB

24 mars 2017-  Musée de la Castre – Cannes

Pendant plus d’un demi-siècle, l’adaptation assumée ou refoulée à la mondialisation des cultures contemporaines provoque de nouvelles stratégies de représentation où la fabrique du patrimoine joue un rôle significatif. Aujourd’hui, les travaux des chercheur-e-s du laboratoire SICLAB & de leurs invités interrogent les nouvelles manières de penser le patrimoine. La multiplicité des approches rendent compte d’un mouvement qui négocie avec l’institution, l’esthétique, le temps, le matériel, la représentation. Aujourd’hui, un champ lexical complet accuse la volonté d’en observer les mutations par une suffixation significative : acculturation, muséification, artification… À partir d’un regard neuf sur son histoire et d’approches épistémologiques régénérés, les discussions porteront sur une meilleure compréhension des orientations actuelles de la patrimonialisation.

 

––––––––––––––––––––––––––––––

 

10h30

Christophe Roustan Delatour – PRÉSENTATION DU SITE

11h

CONFÉRENCES

Paul Rasse – Le musée comme matrice patrimoniale

Alors qu’elle paraissait condamnée, l’institution muséale a trouvé un nouveau souffle en développant une fonction jusque-là absente ou négligée : la médiation. Elle s’est réinventée au travers de la nouvelle muséologie, du mouvement des écomusées, ou du projet de communication scientifique, jusqu’à transformer profondément ses missions, ses structures, son architecture, pour devenir la matrice sélectionnant les traces culturelles laissées par chaque générations, méritant d’êtres patrimonialisées, d’être conservées et transmises au générations futures. Les musées sont devenus des sanctuaires où sont conservées lesmusealia, des reliques du passé réinterprétées et mises en scène, qui permettent de questionner le présent et de nous projeter dans l’avenir.

Jean Davallon – La mutation des patrimoines : entre autographie et allographie

Le patrimoine immatériel, invite à renouveler le regard sur le développement du patrimoine intervenu après les années soixante. Questionnant le modèle traditionnel qui n’a d’yeux que pour l’objet matériel dans son mode d’existence autographique, il conduit à prendre au sérieux le développement de la production des savoirs, produisant une représentation allographique de l’objet, ainsi que ses conséquences sur la construction de l’objet patrimonial. À cette première variation qui touche surtout les monuments, s’en ajoute une seconde qui concerne la conception des expositions d’archéologie et d’ethnologie dans lesquelles, au moins pour certaines d’entre elles, le savoir contribue à produire une nouvelle forme d’objet patrimonial éphémère. La troisième variation, propre à l’Inventaire, va institutionnaliser le principe d’un possible remplacement de l’objet matériel par un objet patrimonial documentaire. On peut alors considérer le patrimoine immatériel comme parachevant ce processus en proposant, en retour, de produire des objets matériels à partir d’objets patrimoniaux allographiques.

12h45 – PAUSE DÉJEUNER

––––––––––––––––––––––––––––––

14h – Présentation du projet de patrimonialisation de la Baie de Cannes à L’UNESCO

14h15- TABLE RONDE n°1

Linda Idjeraoui Ravez – Processus de patrimonialisation à l’ère de la mondialisation : l’enjeu pour l’identité des territoires

Si le patrimoine est vecteur d’identité et nourrit une fonction symbolique forte, nous verrons en quoi son passage au crible de la dynamique de mondialisation introduit de nouvelles échelles de lectures de l’urbain. Nous questionnerons les stratégies de spectacularisation des cités modernes ainsi induites, pour fabriquer leur image de marque.

Salma Trabelsi – L’art de la patrimonialisation : entre conservation & modernité

Face aux transformations culturelles entraînées par les vagues d’innovation, les population locales traversent les modifications de leurs pratiques culturelles en s’intéressent aux besoins de la création patrimoniale autour de la notion d’identité. L’art de la patrimonialisation, comme responsabilité sociale, peut alors se concevoir comme une contestation en soit, par la valorisation de l’héritage culturel.

Vincent Lambert – Patrimonialisation & esthétique : réflexions sur un nouveau champ d’intersectionnalité

Quels points d’intersection ressortent entre les processus de patrimonialisation axés sur la médiation culturelle autour de la circulation des connaissances, et le développement de la médiation esthétique qui colonise l’appréhension des lieux & des objets du patrimoine ? Nous discuterons des mouvements & de la modernité, des intérêts & des risques communicationnels de ces rapprochements à partir d’exemples tirés de nos dernières études menées sur la fabrique de l’histoire au musée d’une part & sur la réappropriation artistique du patrimoine, notamment industriel, d’autre part.

15h30 – PAUSE GOÛTER

________________________

15h45- TABLE RONDE n°2

Christian Gérini – Patrimoine en voie de disparition.

URBEX & street art : les NTIC au service de la mémoire des lieux et des œuvres

La région PACA est parcourue de sites délabrés qui finiront par être effacés. Des artistes du street art y réalisent des œuvres éphémères, souvent monumentales et de grande qualité esthétique. Les NTIC sont déjà au service de la mémoire de ces lieux et œuvres : mémoire photographique, visites virtuelles 3D, web-documentaires. Nous proposons une réflexion sur l’implication possible des sciences et technologies de l’information et de la communication dans cette patrimonialisation.

Véronique Anderlini-Pillet – Patrimonialisation des savoir faire & communication

Le savoir faire des marques de luxe, en particulier pour les plus anciennes, en exaltant la valeur du « fait main »  a permis d’incorporer la patrimonialisation des métiers dans la stratégie de communication des entreprises. Storytelling et exposition participent à la célébration d’un patrimoine vivant ou de ses traces, en écrivant la suite des Mythologies (Barthes 1957) à travers notamment des expériences sensorielles (Boutaud 2017).

Iva Đurđević Žunjić – Enjeux de la Convention de 1972 de l’Unesco sur le processus de patrimonialisation

Si la Convention de 1972, établie par l’Unesco, est un document unique parmi les instruments internationaux dans son attention à la conservation et valorisation du patrimoine culturel et naturel, elle a certainement produit une évolution de l’interprétation du patrimoine, qui demeure une catégorie dynamique. Elle influence également la politique culturelle des territoires, avec ses forts enjeux socio-économiques et identitaires. Nous questionnerons le changement du concept du patrimoine par l’évolution de la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco et la problématique de patrimonialisation d’aujourd’hui, notamment à travers la candidature de la Baie de Cannes.

16h50 – FIN DU SÉMINAIRE