Séminaire du 25 mars à Toulon

Le séminaire CREAMED du 25 mars a été accueilli à l’université de Toulon.

Peu de personnes ont fait le déplacement et c’est regrettable car nous avons pu mener des échanges extrêmement fructueux, compte tenu des profils atypiques qui ont fait partager leur expérience et leur approche de leur terrain de recherche sous l’œil bienveillant de Michel Durampart.

Véronique Pillet-Anderlini, doctorante I3M, designer (http://www.veroniquepillet.com) et chargée de cours à l’IUT de Nice Côte d’Azur, a ouvert le séminaire avec une présentation de son itinéraire de recherche qui l’a amené de la mode jusqu’à la préparation d’une thèse de doctorat sur la convergence du luxe et des arts dans les médias.

Diapositive1

Ian Simms artiste, docteur, professeur à l’ESADTPM a présenté ses travaux sur :

(http://www.cnap.fr/iansimms ; http://documentsdartistes.org/artistes/simms/repro.html)

«  L’art, permetteur d’une tierce connaissance » et ses recherches à partir des travaux sur la désartification Mabel TAPIAS et la désactivation de la fonction esthétique à travers ceux d’Agamben sur la désactivation des fonctions normatives de certaines disciplines et de considérer les apports scientifiques à une théorie de l’art comme « producteur de connaissance ».

Ian Smith a soulevé dans sa présentation les questions posées par l’opposition entre savoir académique et capitalisme cognitif en posant la connaissance comme résistante à la normalisation et l’idée d’une « tierce connaissance (comme un tiers état).

Ses travaux sur le statut de l’image d’archive et de l’image anecdotique introduisent l’idée de l’image absente qui n’est pas une image de présentation ou de représentation mais production d’une connaissance non normée.

iansmith

Marc Vincent, chorégraphe, fondateur d’Artefactdanse et artiste en résidence hors les murs de la Villa Médicis (https://sites.google.com/site/artefactdanse/) nous a fait partager ses « Interrogations sur l’écriture du mouvement dansé » et sa volonté de provoquer le déplacement de la pensée du spectateur, en laissant un espace vacant.

Il tente de faire partager le moment où le silence intervient dans la musique et travaille sur cette notion d’intervalle qui est une forme de mesure du temps.

Son analyse d’une vidéo d’une de ses chorégraphies où il amène un danseur à se déplacer par rapport à lui-même grâce à une structure en ellipse à deux centres nous a proposé une autre lecture de l’écriture chorégraphique.

marcvincentLe déjeuner dans la vieille ville de Toulon a été particulièrement chaleureux et l’après-midi a été consacré au programme scientifique :

  • les journées scientifiques Neptune (Toulon, 26 et 27 avril)
  • l’ouvrage collectif CREAMED (Maud Pélissier / Nicolas Pélissier),
  • la journée d’étude, «  le futur du cinéma » (Cannes, 23 avril).

 

La journée s’est terminée avec les spectacles proposés par les étudiants de le cadres des réalisations collectives de la licence TSI TCSA de l’UFR Ingémédia.

  • «  Déclinaisons suprématistes » pour percussions et dispositif (création : Jean-Michel Bossini ; musicien : Cédric Clef ; dispositif technologique : étudiants de la licence TSI TCSA de l’UFR Ingémédia) ;
  • «  Toutes leurs robes noires » d’après un texte de Claudine Galéa, réalisation collective des étudiants de la licence TSI TCSA, avec les élèves du COP Théâtre du CNRR et de l’ESAD TPM, encadrés par Elyzabeth Cirefice et Denis Grandclément.