Séminaire du 10 avril 2015

Séminaire du vendredi 10 avril 2015, Médiathèque Noailles, Cannes

Résumé (Lien pour lire le compte-rendu complet en bas de page)

Présents : Bruno Cailler, Franck Renucci, Paul Rasse, Linda Idjeraoui-Ravez, Nicolas Pélissier, Franck Debos, Véronique Pillet, Alexandre Eyries, Daniel Moatti, Christine Breandon, Philippe Bellissent, Marcin Sobieszczanski, Bruno Girard, Asma Belhassine, Florence Moatti et Jean-Philippe Dupuy, Audrey Nardi.

Excusés : Céline Masoni-Lacroix, Christian Gerini, Laurent Collet, Olivier Dubuquoy, Christine Morzone, Sara Sampaio, Valentina Tirloni, Sophie Raimond.

IMG_0196 IMG_0192Noailles

 9h30-11h : BRUNO CAILLER (en collaboration avec Céline Masoni-Lacroix)présente ses travaux sur les dispositifs transmédia

Spécialiste des industries culturelles, de la production audio-visuelle et ses stratégies, Bruno Cailler présente le dernier numéro de la revue Les Cahiers de Champs Visuels qu’il dirige. Histoire du transmédia, Génèse du récit audiovisuel éclaté, est sorti en janvier 2015. Cet ouvrage a pour but de confronter la logique du transmédia avec un principe de réalité, de déterminer comment il se construit. Il retrace l’histoire du transmédia, un terme récent, et s’interroge sur la possibilité d’identifier du transmédia rétrospectivement dans l’histoire des médias.

11H30-12h30 : Franck RENUCCI présente ses travaux sur les relations entre communication, recherche et création.

Il questionne la relation à la pratique (interdisciplinarité) et à la technique. Au sein des SIC, il n’y a pas de mouvement particulier qui s’intéresse à la pratique de la création artistique, la création artistique est souvent abordée sous l’angle de la médiation, de la sémiotique ou de l’esthétique.

Il fait aussi un état de la question sur le processus de création d’un doctorat dans les écoles d’art, l’acquisition par la pratique comme dispositif expérimental, une nouvelle question de recherche dans les écoles d’art dont s’est emparé le réseau « Création Art Média » (CAM qui regroupe 15 écoles doctorales).

Franc Renucci souhaite mettre en avant le rapport entre continuité et discontinuité et celui entre création et répétition dans la création artistique, notammen par le biais des dispositifs numériques.

14h30-15h30 – Paul RASSE présente ses travaux sur les transformations du patrimoine et de sa médiation induites par les réseaux mondialisés

A partir de son ouvrage la Rencontre des mondes, il initie une discussion autour de l’anthropologie de la communication en rappelant en préambule l’affrontement théorique de deux écoles, l’école Nord-Américaine (avec Winkins) et l’école francophone d’anthropologie (avec Levi-Strauss).

Il envisage la poursuite de ses travaux en changeant d’échelle (observer de petites unités mais prendre en considération les mondes qui les traversent, les débordent et ne cessent de les constituer et de les reconstituer) et en croisant les approches ethnographiques, ethnologiques et anthropologiques.

16h-16h30 : Nicolas PELISSIER présente le numéro 6 de la Revue française des SIC (paru en février 2015), « Usages et usagers de l’information numérique »

Depuis 3 ans, cette revue publie des dossiers proposés à l’initiative des chercheurs faisant un état des savoirs dans un sous-champ des SIC, dans le milieu francophone.

Ce numéro part du constat suivant : la France a une riche tradition de recherche sur les usages qu’elle ne doit pas abandonner au profit d’un déterminisme technologique même si l’État finance de moins en moins la recherche qualitative, on se retrouve avec un retour en force de démarches quantitatives. La publication est constituée de trois parties :

  • retour sur la théorie à l’épistémologie (Serge Proulx), le courant critique des usages (Fabien Granjon)
  • L’usage générationnels des TIC, la fracture générationnelle, sociale et numérique.
  • L’usage des outils numériques par les professionnels de la communication.

16h30 Franck Debos présente le projet SMART CAMPUS porté par Claudine Batazzi, Véronique Pillet et lui-même.

Cette proposition de projet de programme de recherche est la réponse à un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) dans le cadre d’un projet national sur cinq ans concernant les Réseaux Electriques Intelligents (REI).

En association avec Polytech Sophia Antipolis, Mines Paris Tech et de nombreux partenaires privés et publics, Conseil régional PACA, métropole NCA, entreprises multinationales et start-ups, le projet SMART CAMPUS est piloté par le pôle de compétitivité Capenergies : il a pour objet de mener une expérimentation de campus intelligent sur Nice Sophia Antipolis et de développer à terme cette expérimentation sur deux territoires (l’éco-vallée et Sophia Antipolis)et de l’exporter au moins au niveau européen à terme.

Le financement du projet, 50% privé et 50% public s’élève à 10 millions d’euros sur 5 ans. Le laboratoire I3M est associé au GREDEG (CNRS) pour la « brique » des sciences humaines et sociales et a proposé de développer des actions concernant les usages et les processus d’information et de communication liés à l’implantation de l’expérience sur lesquels il propose son expérience de programmes de même type déjà réalisés.

La réponse est prévue pour le 15 mai 2015, date à partir de laquelle, il faudra en cas de réponse favorable, entrer dans une nouvelle phase d’activité pour concrétiser les projets et signer les partenariats.

Franck Debos, du fait de l’expérience du laboratoire I3M dans ce type de recherche et de la réactivité dont nous avons su faire preuve est assez optimiste.

Autres informations :

  • Intervention de Linda Idjeraoui-Ravez reportée au 12 juin.
  • Franck Renucci propose de créer une page par chercheur où seront publiés un à deux articles maximum par an, représentatifs des travaux de chacun, en commençant rétrospectivement sur 2014 : les articles sont à envoyer à vap@veroniquepillet.com

Prochaines réunions fixées au 12 juin et au 25 septembre.

Audrey Nardi et Véronique Pillet

Compte-rendu-complet-séminaire-CREAMED_10_AVRIL_2015

Séminaire du 10 mars 2015 « Récit et argumentation »

Daniel BOUGNOUX et Céline MASONI-LACROIX

« Récit et argumentation »

10 mars 2015, Campus Carlone, Nice

Participants :

  • Daniel Bougnoux (laboratoire GRESEC), professeur émérite, Université Grenoble 3,
  • Céline Masoni-Lacroix, (laboratoire I3M) Maître de conférences UNS.

Discutants : 

  • Nicolas Pélissier, (laboratoire I3M) professeur des universités,
  • Marc Marti, professeur des universités (laboratoire LIRCES).

DB1-2

Nicolas Pélissier a inauguré ce séminaire interdisciplinaire organisé par le pôle Création et Médiation du laboratoire I3M, en collaboration avec LIRCES, I3DL, CRHI et l’École des Mines Paris Tech, en rappelant qu’il fait suite à une série de réflexions qui ont donné lieu à des journées d’études en 2012 et 2013, autour de question du storytelling et deux ouvrages parus sous la responsabilité conjointes de Marc Marti et Nicolas Pélissier :

  • Le storytelling : succès des histoires, histoire d’un succès (Paris, éd. L’Harmattan 2012)
  • Storytelling et tension narrative : en attendant la fin (2013)

L’École des Mines a proposé de travailler dans ce séminaire sur les autres aspects de l’utilisation du récit, non littéraire, afin d’analyser comment les outils tels que l’analyse littéraire pouvait servir dans d’autres domaines non littéraires.

Présentation des intervenants :

Daniel Bougnoux est un philosophe spécialiste de Louis Aragon auquel il a consacré de

nombreux essais, il a créé la revue littéraire Silex qu’il a dirigé de 1976 à 1985, puis s’est ensuite spécialisé au côté de Régis Debray dans l’étude de la Médiologie, collaborant aux Cahiers de médiologie, aux revues Médium et local-contemporain.

Parmi ses travaux, on peut citer :

  • La communication contre l’information, Hachette 1995,
  • Le fantôme de la psychanalyse: critique de l’archéologie freudienne, Ombres 1998
  • Introduction aux sciences de la communication, La Découverte 1998,
  • La communication par la bande, une introduction aux sciences de l’information et de la communication, La Découverte 1998,
  • Le vocabulaire d’Aragon, Ellipses 2001,
  • La crise de la représentation, La Découverte 2006,
  • Le roman inachevé d’Aragon (en collaboration avec Cécile Narjoux), Folio 2007.

Céline Masoni-Lacroix est spécialisée dans le domaine du récit transmédiatique (séries TV), pionnière dans ce domaine en expansion et a notamment publié :

  • Discours en série. Les relectures des publics de séries policières rediffusées sur les sites web des chaînes télévisées : de l’adaptation à l’autonomie. Essachess, Journal for Communication Studies, vol. 4, n°1 (7), pp. 163-174 (2011)

Ses recherches s’articulent autour d’une approche communicationnelle des discours et des récits, déclinée vers des thématiques culturelles et sociétales. Elle s’intéresse à de nouvelles

formes d’écriture, qui sont autant de traductions des mutations de nos sociétés, des pratiques transmédiatiques d’écriture aux pratiques citoyennes d’écriture en situation, tels les scénarios d’usage.

En introduction, Marc Marti a présenté la problématique en suivant la réflexion de Raphaël Baroni sur La déconsidération du récit comme forme d’argumentation, tandis que Nicolas Pélissier souligne les besoins de l’enseignement portant sur l’argumentation tant du côté pédagogique que de la recherche académique où des réflexions existent, notamment autour des ouvrages de P. Breton ou D. Bougnoux.

En première partie du séminaire Daniel Bougnoux qui se considère comme récepteur mais aussi pédagogue revient sur ces questions récurrentes qui tournent autour du « dire le monde » et de sa transmission. La question séminale traite selon lui d’un passage de la philosophie à la littérature et à la science : qui apporte le plus de lumière entre le romancier et le philosophe ?

Sous l’anecdote « J’te raconte pas », se révèle un faisceau de questions de recherche qui a accompagné toute sa vie : faut-il raconter des histoires, comment raconter des histoires ?

  1. Bougnoux met en lumière les principes primaires et secondaires dans la pensée de Freud. Il oppose ainsi le rêve, l’affectif, processus primaires, au travail de la conscience, du récit, processus secondaires. Cette part « mal dite » dont les productions culturelles s’emparent. Et part laquelle s’opère une « crise absolue de la représentation » et, c’est dans ce « court-circuit primaire », que l’information se perd.

En écho de son précédent ouvrage, Daniel Bougnoux s’interroge sur la crise de la représentativité et se livre à une brève analyse du court-circuit verbal, Witz, un raccourci dans les contenus des consciences verbales et des raisonnements, ce que André Breton appelait « entrée des médiums », ceux qui sont dans la transe, qui sont dans le Witz. Daniel Bougnoux revient sur un l’exemple très contemporain de ce Witz, le syntagme, «Je suis Charlie », qui n’est pas une identification (un exemple venu du  haut) comme par exemple celle d’Obama, avec le slogan de sa campagne de 2008, « Yes, you can ». Je suis Charlie a une linéarité horizontale où chaque simple citoyen peut adhérer volontairement, comme le souligne D. Bougnoux, avec une volonté de suivre (Je suis Charlie, Je suis Charlie…), de s’approprier le symbole de Charlie. Je suis Charlie est un micro-récit viral où chaque énonciation est une invitation à la reproduction.

Pour Daniel Bougnoux, au sens métaphorique, l’information est en noir et chacun, avec « sa lampe de poche » soit avec un roman, récit, soit avec autre type d’écriture et de communication, essaie de l’éclairer, avec pour résultat un point de vue différent alors que la philosophie des Lumières fait postuler le même soleil pour tous. « Les hommes éveillés habitent le même monde » cette phrase d’Héraclite questionne l’homogénéité de notre monde contemporain où l’abondance d’information souligne nos différences, et nous laissent à la recherche d’un monde commun grâce à la communication, prise de conscience de la nécessité d’une recherche d’un « commun pluriel ».

Discussion

Nicolas Pélissier : « Vous dites que la croyance c’est un mur contre l’argumentation. Chez les croyants il n’y a pas l’effort d’argumentation. »

Daniel Bougnoux: « Les croyants n’argumentent pas, ils sont absolument hostiles à la discussion. La religion se reconstitue par une université. Il n’y a pas des vraies discussions. Il y a une sorte de clôture informationnelle. Quand on est chercheur depuis plusieurs années on se rend compte de la permanence religieuse et ça décourage beaucoup. La philosophie devrait être discipline ouverte. »

  • Nicolas Pélissier: « Si on parle de Witz et de sa montée en puissance- est-ce que vous pensez que c’est favorisé par les réseaux sociaux? »
  • Daniel Bougnoux : « On dit que l’écran a tué l’écrit, mais on n’a eu jamais tellement d’écrit depuis la montée de l’Internet. Maintenant, chacun écrit. Le Witz est un phénomène de pression, d’urgence. » « Voltaire, Rabelais, Shakespeare sont pleins de Witz. Il y a eu nombreux auteurs qui ont possédé l’art de la concision : Less is more, moins vous en dites, mieux vous dites. C’est une économie de la parole. Plus les nouvelles technologies vont se développer, plus il aura une concurrence plus acerbe dans le domaine de la diffusion de l’information. Le witz favorise la presse au travers de l’art de raccourcir. »
  • Valentina Tirloni : « l’image comme un récit or dans l’image la subjectivité est forcément nécessaire pour l’interprétation » ? Quelle est la place du sujet ?
  • Bougnoux : « l’image n’est pas un récit. L’image singulière fixe le temps, est un zeitlos. Il y a un antagonisme entre la mise en image et la mise en récit. »

DB2-2

Dans la deuxième partie du séminaire, Céline Masoni-Lacroix interroge la dimension argumentative du récit : dialogisme et polyphonie, inachèvement du récit et question de l’auctoralité et la légitimité d’une prise de parole critique, à travers les travaux de Henry Jenkins, ceux d’un Aca-fan, Matt Hills, contre la rationalisation académique de la dimension affective de la lecture fan, et enfin ceux d’Ann Jamieson revendiquant le pouvoir d’écrire sur la fiction à partir du matériel « fanique ». Le titre de cette intervention trouve son origine dans la controverse- les fans qui sont producteurs du contenu fictionnel versus les universitaires, qui sont producteurs du discours et du métadiscours sur la culture fan, sur les relations qu’ils entretient au texte, ou à une canon originale.

Céline Masoni-Lacroix analyse l’évolution des usages vers des pratiques littératiennes. Comment se construit un geste d’auteur ? Comment se construit la relation des lecteurs à un texte source au sein du système médiatique en évolution vers le transmédiatique ? Elle vérifie son hypothèse, l’articulation-confrontation des dimensions dialogiques de lecture-écriture en production-réception reconstituant les logiques argumentatives du discours sur le terrain : le transmédia, notamment les propositions sur David Lynch ainsi que les irruptions narratives, alter-narratives dont les dispositifs de diffusion en ligne de travaux de fans sur «  Archive of our own » et « Fanfiction planet » sont les expression les plus visibles en utilisant la post-narratologie, à la fois sémio-pragmatique et critique au sein d’un dispositif socio-narratif.

DB4-2

Le transmédia s’entend comme une manière de parler de la convergence qui permet de penser leur stratification, sédimentation, mais aussi de penser leur diversification et leur inter-connectivité comme un ensemble de pratiques culturelles. Le trans média storytelling crée une des logiques transmédia, ce qui permet de connaître la circulation de flow, à travers les médias. Le transmédia est véritablement une structure socio-narrative basée sur le développement d’un story world, à travers chaque nouveau médium.

Dans son travail, en 2011, H. Jenkins insiste sur la dimension méta de sa définition. Penser le transmédia c’est envisager un continuum de possibilités dont cinq ont été développées par Céline Masoni-Lacroix :

  • Distinction : adaptation-extension de récit,
  • Compréhension cumulative (chaque nouveauté va ajouter une nouvelle couche à l’histoire),
  • Sérialité : découpage et dispersion (l’histoire est découpée est casée en différents épisodes),
  • Intertextualité radicale/multi-modalité,
  • Interactivité/participation.

Sans oublier, Stuart Hall (1992) et son travail sur les cultural studies et la narration de soi qui autorise l’exposition d’un jeu et l’expérience de soi qui est engagé dans la lutte pour le savoir et qui observe que cette cette idée de la narration de soi se retourne dans une action critique.

Céline Masoni-Lacroix souligne le double mouvement du processus de sémiotisation du monde vers une processus d’appropriation culturel et critique de lecture et transmission qui correspondent à deux ordres de coordination, de fragmentation qui correspondent à deux formes de notre activité mentales : le classement, la typologie et l’association paradigmatique (compréhension cumulative).

Céline Masoni-Lacroix évoque l’anniversaire de la Fondation Cartier d’Art Contemporain intitulée « 30 ans d’histoire » qui permet d’explorer la dimension dialogique d’un storytelling transmédia à travers les différentes facettes des oeuvres de Lynch que d’autres auteurs reprennent et associent à leurs propre oeuvre. Il y a cette histoire qui nous raconte un parcours artistique qui fait dialoguer différentes époques de création de Lynch. Les expositions dialogues comme par exemple « The air is on fire » (2007) et « Mémoire vive » (2014) vont offrir l’opportunité de spatialiser leurs parcours, mais aussi les parcours de lectures de potentiel publique. Sur une même oeuvre on peut parcourir des éléments différents, sur différentes perspectives, avec des éléments qui sont reprises par d’autres producteurs.

Le dialogique se développe dans une polyphonie de l’énonciation, comme une reformulation, transformation, altération de discours d’autrui, il y a une pluralité de voix, une polyphonie d’énonciations. Toutes ces voix élargissent la notion de textes, sans que une soit prépondérante et juge les autres. On peut déceler le double sens de dialogique l’utilisation de même auteur et la reprise par d’autres artistes. La production fan étudiée par Céline Masoni-Lacroix ne concerne pas directement la lecture par les fans du travail réalisée pour la Fondation Cartier qui est fermé aux commentaires, mais l’oeuvre de Lynch d’une manière générale. C. Masoni-Lacroix propose une approche sémio-pragmatique des usages lecture-écriture des publics-fans face à une normalisation imposée d’une expérience de lecture: il s’agit de saisir comment à partir d’un contexte production réception, les producteurs de contenu vont organiser leurs gestes auctoriaux de lecteur-scripteur?

Et comment vont-ils mettre en tension les structures narratives et les genres textuels, les relations affectives au texte, les effets de narrations ou les narrations de ce type? Ces modalités de réception sont distribuées selon deux perspectives : les indications textuelles qui vont orienter un public fanic qui a une pratique culturelle codifiée de la lecture, mais aussi avec leur perspective de l’effet et l’affect du texte sur le lecteur.

La majorité des fictions en images se focalise sur le travail de Lynch et du Frank Herbert, sur la série télévisée Twin Peaks et le film qui est sorti après – « Twin Peaks: Fire Walk With Me ». On a prévu aussi une troisième saison du film « Twin Peaks » en 2015. Il y a une collection énorme sur des différents sites, sur la série, mais aussi sur les vidéos qui ont été effacée du film, des discussions autour de la série, ce qui permet de construire un discours et un métadiscours. On peut aussi citer les pages blog, les vidéos, les pages Youtube, Facebook etc. qui y sont dédiées. Il y a un désir encyclopédique des fans, qui essaient de récolter des infos, de créer des listes sur les épisodes, quant à leur participation sur les sites Fanfiction et Archive of our own (listes, guides) et on constate aussi une distance critique qui traverse une dimension « méta ». On s’intéresse également à la traduction du texte en images, d’une métaphore visuelle appropriée.

Une autre aspect très intéressant à étudier dans l’ouvre de Lynch, qu’évoque Céline Masoni-Lacroix est la traduction du texte en images. La distance critique par rapport à ses propres pratiques de lectures et écritures se développe plus spécifiquement sur les sites de diffusion de fan, comme fanfiction.net, où se met en avant le processus participative d’écriture d’une histoire. L’interactivité peut passer par les pratiques ludiques, comme les films.

Ce qui est intéressant sur fanfiction.net est que les fans ne se sont plus limités à un simple like, ou commentaire, mais vont pratiquer au coeur même de la fiction, l’interpellation du public, à travers des commentaires critiques, la review, le travail critique argumenté, d’ailleurs la majorité des auteurs des fanfictions sont des fans. A présent on peut trouver énormément du travail sur le phénomène des fans- des blog, des recherches universitaires, et même une revue universitaire.

Le caractère participatif de ces pratiques souligne l’investissement affectif du fan, dans une construction individuelle et collective, un respect d’un canon et les répétitions de tropes (indications de mises en intrigue) et un cheminement narratif empreint de serendipity. L’activité fan témoigne d’une construction individuelle identitaire et de la création de formes d’identification en communautés associées à des usages réguliers. La production de forme narrative transmédia, cette fragmentation d’une histoire, ou la dispersion, sont co-extensibles d’une univers narratif et elles peuvent être envisagées au sein d’un système socio-narratif, qui va articulé trois dimensions complémentaires évolutives, techno-narratif, anthologique et socio-narratif, à la fois ludique et critique.

Le travail narratologique est un travail interrogatif. La nature dialogique du discours offre au discours le discours peut manifester une dimension argumentative. Céline Masoni-Lacroix a voulu mettre en tension narrative et la reconfiguration des logiques discursives, ou se déploie également le discours dialogique qui est à l’oeuvre dans le travail de recherche et de transformation. On retrouve le principe dialogique dans la narration et dans l’opérativité métaphorique.

Discussion

  • Bougnoux : « Voici comment répondre à la création par la création ! L’argument est une augmentation. Quelle est la façon de ces fans de répondre à une oeuvre ? »
  • Céline Masoni-Lacroix : « L’idée c’était -l’oeuvre est ouverte-. Le travail de fans fait aussi partie de cette œuvre. »
  • Marc Marti : « Concernant les sites cités, est-ce qu’on peut parler de fan de David Lynch ou fan des oeuvres de Lynch ? »
  • Céline Masoni-Lacroix : « Ce sont des niveaux différents, mais interconnectés mais on peut parler de « fan des ouvres ».
  • Marc Marti : « Très souvent, le film, la série prend place de l’arché-texte, comme l’exemple de toutes les bandes destinées- Marvel- et des autres héros ?
  • Céline Masoni-Lacroix : Je suis d’accord avec cette affirmation. Les relations des fans font ressortir des relations méta-textuelles. C’est une dimension d’union des textes et de transformation.

L’idée de nouvelles rencontres entre les participants et de travaux communs entre le laboratoire I3M et le laboratoire LIRCES a conclu ce séminaire.

 

Véronique Pillet, Jean-Philippe Dupuy et Svetlana Manole

 

 

Programme du séminaire du 10 avril 2015

 

Cher-es collègues,
suite au premier séminaire de notre pôle de recherche CREAMED qui s’est tenu le 11 février dernier (vous en retrouverez un compte rendu en fichier joint et surtout sur notre blog que nous vous invitons à visiter : http://creamed.hypotheses.org/), nous vous proposons de nous réunir à nouveau le :
Vendredi 10 avril prochain, de 9h30 à 17h, à la médiathèque Noailles de Cannes (relire notre précédente annonce pour sa localisation)
Le programme de la rencontre est le suivant :
9h30 11h00 : présentation conjointe sur les dispositfis transmédia par Bruno Cailler et Céline Masoni-Lacroix, qui évoqueront aussi le dernier numéro de la revue
Les Cahiers de Champs Visuels portant sur « L’histoire du transmédia »,
11h30-12h30 : présentation des travaux de Franck Renucci sur les relations entre communication, recherche et création (aiinsi que prochain numéro de la revue Hermès consacré à cette thématique)
12h45-14h15 : déjeuner au Waikiki, 12 boulevard du Midi.
14h30-15H30 : présentation des travaux de Paul Rasse sur les transformations du patrimoine et de sa médiation induites par les réseaux mondialisés
15h30-16h00 : présentation de l’ouvrage collectif « Quand les traces communiquent » (L’Harmattan, 2014), par Linda Idjeraoui-Ravez
16h00-16h30 : présentation du numéro 6 de la Revue Française des SIC (paru en février 2015), « Usages et usagers de l’information numérique », par Nicolas Pélissier
16h30-17h00 : discussion sur projets et contrats de recherche en cours.
> Date du séminaire suivant : le vendredi 12 juin 2015.
En espérant vous voir nombreuses et nombreux à ce séminaire,
Bien cordialement,
Nicolas Pélissier et Franck Renucci
Responsables du pôle CREAMED