Patrimonialisation : nouvelles problématiques

Séminaire inaugural du laboratoire SICLAB

24 mars 2017-  Musée de la Castre – Cannes

Pendant plus d’un demi-siècle, l’adaptation assumée ou refoulée à la mondialisation des cultures contemporaines provoque de nouvelles stratégies de représentation où la fabrique du patrimoine joue un rôle significatif. Aujourd’hui, les travaux des chercheur-e-s du laboratoire SICLAB & de leurs invités interrogent les nouvelles manières de penser le patrimoine. La multiplicité des approches rendent compte d’un mouvement qui négocie avec l’institution, l’esthétique, le temps, le matériel, la représentation. Aujourd’hui, un champ lexical complet accuse la volonté d’en observer les mutations par une suffixation significative : acculturation, muséification, artification… À partir d’un regard neuf sur son histoire et d’approches épistémologiques régénérés, les discussions porteront sur une meilleure compréhension des orientations actuelles de la patrimonialisation.

 

––––––––––––––––––––––––––––––

 

10h30

Christophe Roustan Delatour – PRÉSENTATION DU SITE

11h

CONFÉRENCES

Paul Rasse – Le musée comme matrice patrimoniale

Alors qu’elle paraissait condamnée, l’institution muséale a trouvé un nouveau souffle en développant une fonction jusque-là absente ou négligée : la médiation. Elle s’est réinventée au travers de la nouvelle muséologie, du mouvement des écomusées, ou du projet de communication scientifique, jusqu’à transformer profondément ses missions, ses structures, son architecture, pour devenir la matrice sélectionnant les traces culturelles laissées par chaque générations, méritant d’êtres patrimonialisées, d’être conservées et transmises au générations futures. Les musées sont devenus des sanctuaires où sont conservées lesmusealia, des reliques du passé réinterprétées et mises en scène, qui permettent de questionner le présent et de nous projeter dans l’avenir.

Jean Davallon – La mutation des patrimoines : entre autographie et allographie

Le patrimoine immatériel, invite à renouveler le regard sur le développement du patrimoine intervenu après les années soixante. Questionnant le modèle traditionnel qui n’a d’yeux que pour l’objet matériel dans son mode d’existence autographique, il conduit à prendre au sérieux le développement de la production des savoirs, produisant une représentation allographique de l’objet, ainsi que ses conséquences sur la construction de l’objet patrimonial. À cette première variation qui touche surtout les monuments, s’en ajoute une seconde qui concerne la conception des expositions d’archéologie et d’ethnologie dans lesquelles, au moins pour certaines d’entre elles, le savoir contribue à produire une nouvelle forme d’objet patrimonial éphémère. La troisième variation, propre à l’Inventaire, va institutionnaliser le principe d’un possible remplacement de l’objet matériel par un objet patrimonial documentaire. On peut alors considérer le patrimoine immatériel comme parachevant ce processus en proposant, en retour, de produire des objets matériels à partir d’objets patrimoniaux allographiques.

12h45 – PAUSE DÉJEUNER

––––––––––––––––––––––––––––––

14h – Présentation du projet de patrimonialisation de la Baie de Cannes à L’UNESCO

14h15- TABLE RONDE n°1

Linda Idjeraoui Ravez – Processus de patrimonialisation à l’ère de la mondialisation : l’enjeu pour l’identité des territoires

Si le patrimoine est vecteur d’identité et nourrit une fonction symbolique forte, nous verrons en quoi son passage au crible de la dynamique de mondialisation introduit de nouvelles échelles de lectures de l’urbain. Nous questionnerons les stratégies de spectacularisation des cités modernes ainsi induites, pour fabriquer leur image de marque.

Salma Trabelsi – L’art de la patrimonialisation : entre conservation & modernité

Face aux transformations culturelles entraînées par les vagues d’innovation, les population locales traversent les modifications de leurs pratiques culturelles en s’intéressent aux besoins de la création patrimoniale autour de la notion d’identité. L’art de la patrimonialisation, comme responsabilité sociale, peut alors se concevoir comme une contestation en soit, par la valorisation de l’héritage culturel.

Vincent Lambert – Patrimonialisation & esthétique : réflexions sur un nouveau champ d’intersectionnalité

Quels points d’intersection ressortent entre les processus de patrimonialisation axés sur la médiation culturelle autour de la circulation des connaissances, et le développement de la médiation esthétique qui colonise l’appréhension des lieux & des objets du patrimoine ? Nous discuterons des mouvements & de la modernité, des intérêts & des risques communicationnels de ces rapprochements à partir d’exemples tirés de nos dernières études menées sur la fabrique de l’histoire au musée d’une part & sur la réappropriation artistique du patrimoine, notamment industriel, d’autre part.

15h30 – PAUSE GOÛTER

________________________

15h45- TABLE RONDE n°2

Christian Gérini – Patrimoine en voie de disparition.

URBEX & street art : les NTIC au service de la mémoire des lieux et des œuvres

La région PACA est parcourue de sites délabrés qui finiront par être effacés. Des artistes du street art y réalisent des œuvres éphémères, souvent monumentales et de grande qualité esthétique. Les NTIC sont déjà au service de la mémoire de ces lieux et œuvres : mémoire photographique, visites virtuelles 3D, web-documentaires. Nous proposons une réflexion sur l’implication possible des sciences et technologies de l’information et de la communication dans cette patrimonialisation.

Véronique Anderlini-Pillet – Patrimonialisation des savoir faire & communication

Le savoir faire des marques de luxe, en particulier pour les plus anciennes, en exaltant la valeur du « fait main »  a permis d’incorporer la patrimonialisation des métiers dans la stratégie de communication des entreprises. Storytelling et exposition participent à la célébration d’un patrimoine vivant ou de ses traces, en écrivant la suite des Mythologies (Barthes 1957) à travers notamment des expériences sensorielles (Boutaud 2017).

Iva Đurđević Žunjić – Enjeux de la Convention de 1972 de l’Unesco sur le processus de patrimonialisation

Si la Convention de 1972, établie par l’Unesco, est un document unique parmi les instruments internationaux dans son attention à la conservation et valorisation du patrimoine culturel et naturel, elle a certainement produit une évolution de l’interprétation du patrimoine, qui demeure une catégorie dynamique. Elle influence également la politique culturelle des territoires, avec ses forts enjeux socio-économiques et identitaires. Nous questionnerons le changement du concept du patrimoine par l’évolution de la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco et la problématique de patrimonialisation d’aujourd’hui, notamment à travers la candidature de la Baie de Cannes.

16h50 – FIN DU SÉMINAIRE

 

Séminaire IRSIC – Extension du domaine du journalisme : tentation identitaire ou exploration de nouvelles frontières ?

organisé par l’axe 2
vendredi 16 décembre 2016 à 13h30
ESPE Aix-en-Provence, 2 Avenue Jules Isaac

Conférencier invité : Nicolas Pélissier
Nicolas Pélissier est professeur au département des SIC à l’UFR LASH de l’Université Nice Sophia Antipolis. Chercheur au laboratoire I3M-Nice, il y dirige le master 2 recherche DISTIC et le séminaire doctoral. Co-animateur du réseau de recherche CREAMED, il est l’auteur de travaux portant sur les transformations des organisations médiatiques, du journalisme et des écritures du réel induites par les technologues digitales en réseaux. A ce titre, il a assuré de nombreux enseignements dans plusieurs formations au journalisme professionnel, en France et dans d’autres pays francophones.

Résumé de l’intervention
Cette intervention au séminaire de l’IRSIC sera centrée sur la question des mutations du territoire du journalisme, entendu comme profession mais aussi comme activité sociale et mission d’intérêt général de collecte, traitement et dffusion élargie de l’information d’actalité.
A l’appui d’autres travaux récents, nous constaterons un double phénomène paradoxal : d’une part, un renforcement de la cloture du monde social du journalisme professionnel sous l’effet de la concurrence accrue d’autres organisations et de l’amateurisme de masse sur Ie Web ; d’autre part, une extension de son domaine d’activités à d’autres territoires professionels où se côtoient les figures de l’auteur et du créateur, mais aussi du chercheur, de l’ingénieur et du citoyen.
Nous expliquerons ce paradoxe par le fait que, face à la concurrence de professions connexes et de comportements problématiques de certains de ses membres, le journalisme professionnel réagit en amplifiant un discous déontologique qui tourne en boucle sur lui-même, avec peu d’effet réels. Dans le même temps, aux frontières de la profession, de nouveaux acteurs font éclore des initiatives qui traduisent une tendance à l’hydridation des pratiques journalistiques avec celles d’autres activités sociales, professionnelles et publiques. Ce faisant, le journalisme s’aventure vers de nouvelles frontières, sans s’y être nécessairement préparé.
Au-delà des interrogations sur la formation des professionnels de l’information d’actualité, ce phénomène constitue aussi un défi pour les chercheurs en SIC, tant au niveau épistémologique que méthodologique. Nous montrerons toutefois que les ressources offertes par cette interdiscipline devraient à tout le moins faciliter leur travail de recherche.

Conférence du 25 novembre 2016 à Marseille

Dans le cadre du
XVIIème Forum du Réseau Transméditerranéen de Recherche en Communication (RTRC)
Conférence-débat sur la thématique des 
liens entre journalisme, écriture et création.
Le journalisme de création, un nouveau paradigme ?
Pratiques émergentes et impact sur la formation professionnelle
 NICOLAS PÉLISSIER, I3M – UNIVERSITÉ DE NICE SOPHIA ANTIPOLIS
Vendredi 25 novembre 2016
École de Journalisme et de Communication de Marseille
(EJCAM/IRSIC-Aix Marseille Université)
11h00, Amphi A, Site Marseille

Soutenance de thèse – L’artification du luxe dans le discours médiatique : des signes au sens (2010-2014)

img_9287

15 NOVEMBRE 2016, Salle du Conseil, Campus Carlone, Véronique ANDERLINI-PILLET Dernière préparation dans un moment de grande solitude avant la soutenance.

Jury présidé par Nathalie Heinich

Membres du jury : Françoise Albertini, Patrizia Laudati, Nicolas Pélissier, Paul Rasse

Conférence-débat avec Serge Tisseron

serge-tisseron

Samedi 5 novembre 2016 à 18h30,

La médiathèque Noailles de Cannes organise une conférence-débat avec 

Serge Tisseron, psychologue, président fondateur de l’institut pour l’histoire et la mémoire des catastrophes (IHMEC) 

et créateur du site Internetwww.mémoiresdescatastrophes.org 

Cette initiative a pour objectif de permettre à ceux qui ont vécu des catastrophes de pouvoir en témoigner, d’entrer en contact avec d’autres personnes ayant connu des événements semblables ou proches afin d’échanger leurs expériences. 

L’IHMEC propose aux chercheurs qui le souhaitent de s’associer à sa démarche, à différents niveaux : analyse de contenu des textes recueillis, enquêtes qualitatives auprès de participants, etc.

Le pôle de recherche CREAMED s’est montré très intéressé, une discussion avec Serge Tisseron est prévue après la conférence.

La conférence de Serge Tisseron fait écho à une initiative de collecte de récits témoignant de la catastrophe climatique du 3 octobre 2015 à Cannes : « Réparez, les mots ! »

http://www.cannes.com/fr/actualites/annee-2016/octobre/intemperies-du-03-10-15-des-mots-pour-reparer.html

Programme année 2016-2017 (1ère partie et événements à confirmer)

Laboratoire I3M : Actions programmées fin 2016

  • 30 novembre 2016 : « Données numériques, données sociales », journée pôle 2 I3M, avec Fidelia Ibewké (IRSIC) et Serge Miranda (UNS)
  • 2 décembre 2016 : « SIC et Digital Studies », séminaire général d’épistémologie I3M, avec Valérie Carayol (MICA), et les interventions de Norbert Hillaire, Marcin Sobieszczanski et Franck Renucci.
  • Soutenance de thèses 
 

Dates

 

 

Nom

 

Lieux UFR LASH

Vendredi 04 novembre, 14H30 Soutenance de thèse de Salma Trabelsi Salle du conseil

 

Mardi 15 Novembre, 15H00 Soutenance de thèse de Véronique Pillet Salle du conseil

 

Jeudi 17 novembre, 14h00 Soutenance de thèse de Fabienne Auffray Salle du conseil
Vendredi 18 novembre, 14h30 Soutenance de thèse de Vincent Lambert Musée Masséna
Lundi 12 décembre, 09H30 Soutenance de thèse de Solveig Evenstad Salle du conseil

 

mercredi 14 décembre, 14H30 Soutenance de thèse d’Asma Belhassine  
Mercredi 14 décembre, 14H00 Soutenance de l’HDR Jean-Claude Domenget Salle conseil
Vendredi 16 décembre, 14H30 Soutenance de thèse de Elena Hadjipavlou Salle Conférence BU

 

 

Laboratoire SIC.Lab : Actions programmées au 1er semestre 2017

  • 24 mars 2017 : « Mondialisation, Patrimonialisation, Artification », journée d’études pôle 1 CREAMED, avec Jean Davallon (Centre Norbert Elias), et une invitée à confirmer, Paul Rasse et Christian Gérini.
  • 19 mai 2017 : « L’entreprise à responsabilité illimitée », séminaire général épistémologie I3M, avec Nicole d’Almeida (CELSA/GRIPIC), Sylvie Parrini-Alemanno (CNAM/DICEN), Claudine Batazzi et Franck Debos.
  • 16 juin 2017 : « Ecritures de recherche, écritures de création », séminaire CREAMED, avec Centre Norbert Elias (Frédéric Gimello) et l’Ecole de danse Rosella Hightower (Pierre-Marie Quéré)

Projets de colloques :

  • Colloque international CREAMED, Création, culture et communication, Nice-Cannes, automne 2017.

 

Prochains séminaires doctoraux I3M-SIC.Lab

22 novembre 2016, 17 janvier, 14 mars, 16 mai 2017.

 

 

Séminaire du 25 mars à Toulon

Le séminaire CREAMED du 25 mars a été accueilli à l’université de Toulon.

Peu de personnes ont fait le déplacement et c’est regrettable car nous avons pu mener des échanges extrêmement fructueux, compte tenu des profils atypiques qui ont fait partager leur expérience et leur approche de leur terrain de recherche sous l’œil bienveillant de Michel Durampart.

Véronique Pillet-Anderlini, doctorante I3M, designer (http://www.veroniquepillet.com) et chargée de cours à l’IUT de Nice Côte d’Azur, a ouvert le séminaire avec une présentation de son itinéraire de recherche qui l’a amené de la mode jusqu’à la préparation d’une thèse de doctorat sur la convergence du luxe et des arts dans les médias.

Diapositive1

Ian Simms artiste, docteur, professeur à l’ESADTPM a présenté ses travaux sur :

(http://www.cnap.fr/iansimms ; http://documentsdartistes.org/artistes/simms/repro.html)

«  L’art, permetteur d’une tierce connaissance » et ses recherches à partir des travaux sur la désartification Mabel TAPIAS et la désactivation de la fonction esthétique à travers ceux d’Agamben sur la désactivation des fonctions normatives de certaines disciplines et de considérer les apports scientifiques à une théorie de l’art comme « producteur de connaissance ».

Ian Smith a soulevé dans sa présentation les questions posées par l’opposition entre savoir académique et capitalisme cognitif en posant la connaissance comme résistante à la normalisation et l’idée d’une « tierce connaissance (comme un tiers état).

Ses travaux sur le statut de l’image d’archive et de l’image anecdotique introduisent l’idée de l’image absente qui n’est pas une image de présentation ou de représentation mais production d’une connaissance non normée.

iansmith

Marc Vincent, chorégraphe, fondateur d’Artefactdanse et artiste en résidence hors les murs de la Villa Médicis (https://sites.google.com/site/artefactdanse/) nous a fait partager ses « Interrogations sur l’écriture du mouvement dansé » et sa volonté de provoquer le déplacement de la pensée du spectateur, en laissant un espace vacant.

Il tente de faire partager le moment où le silence intervient dans la musique et travaille sur cette notion d’intervalle qui est une forme de mesure du temps.

Son analyse d’une vidéo d’une de ses chorégraphies où il amène un danseur à se déplacer par rapport à lui-même grâce à une structure en ellipse à deux centres nous a proposé une autre lecture de l’écriture chorégraphique.

marcvincentLe déjeuner dans la vieille ville de Toulon a été particulièrement chaleureux et l’après-midi a été consacré au programme scientifique :

  • les journées scientifiques Neptune (Toulon, 26 et 27 avril)
  • l’ouvrage collectif CREAMED (Maud Pélissier / Nicolas Pélissier),
  • la journée d’étude, «  le futur du cinéma » (Cannes, 23 avril).

 

La journée s’est terminée avec les spectacles proposés par les étudiants de le cadres des réalisations collectives de la licence TSI TCSA de l’UFR Ingémédia.

  • «  Déclinaisons suprématistes » pour percussions et dispositif (création : Jean-Michel Bossini ; musicien : Cédric Clef ; dispositif technologique : étudiants de la licence TSI TCSA de l’UFR Ingémédia) ;
  • «  Toutes leurs robes noires » d’après un texte de Claudine Galéa, réalisation collective des étudiants de la licence TSI TCSA, avec les élèves du COP Théâtre du CNRR et de l’ESAD TPM, encadrés par Elyzabeth Cirefice et Denis Grandclément.

 

 

 

Séminaire du 29 janvier 2016

IMG_0514

 

Séminaire du 29 janvier 2016

Médiathèque Noailles – Cannes

Présents : Linda Idjeraoui-Ravez, Maud Pélissier, Franck Renucci, Hervé Zenouda, Marcin Sobieszczanski, Nicolas Pélissier, Paul Rasse, Philippe Bellissent, Asma Belhassine, Christine Morzone, Iva Durkevic, Savo Zunjic, Véronique Pillet-Anderlini.

Dans le cadre du cycle de présentation des champs de recherche des membres du pôle Creamed, Linda Idjeraoui-Ravez a fait une présentation de ses travaux en articulant ses problématiques autour d’une part de la mémoire et des traces, de l’autre du web 3.0 et insistant sur les liens entre ces deux axes.

A travers le chapitre qu’elle a rédigé de l’ouvrage « Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux », elle a explicité les liens entre ces deux champs de recherche, notamment à travers ses travaux sur les deux terrains qu’elle a choisi : la Cité nationale de l’immigration et le musée du Quai Branly. En s’interrogeant sur l’inter-culturalité et le patrimoine à travers les langages de l’expression muséale, et la problématique de la médiation muséale à travers les pratiques muséales, elle se propose d’élaborer une théorisation de la web-muséologie. Elle s’attache plus particulièrement à évaluer les enjeux de la participation des publics et de la modification du paradigme relationnel entre le visiteur et l’institution et pose la question de « l’enrichissement » des visites dans le cadre d’une démocratisation de la culture et celle de l’engagement des visiteurs dans le musée, ce « sacre de l’amateur » relevant de choix politiques.

Elle aborde la question de l’ostentation de l’exposition à travers les époques, des écomusées résultant de la régionalisation dans les années 1970 et dès les années 1980 des préconisations des fidèles du Mouvement de Nouvelle Muséologie (MINOM)d onnant naissance à de nouvelles formes de l’action muséale :

  • Démocratisation
  • Participation,
  • Contribution,
  • Interaction,
  • Médiations ludiques (bornes interactives),
  • Structuration de l’information (sur le web avec le documentarisme),
  • Mise à la disposition des visiteurs des dispositifs accessibles uniquement auparavant aux professionnels des musées,
  • Auctoralité.

Elle se livre actuellement à une analyse sémio-pragmatique des médiations muséales extensives et inclusives en posant la question des conséquences de leur digitalisation sur la perception du musée in situ et virtuel.

Nicolas Pélissier s’est proposé de nous faire parcourir les vingt années précédentes de sa carrière en mettant en lumière la tension inhérente à ses travaux entre la théorisation (études sur les relations entre communication et civilisation) et l’étude d’un objet plus empirique (les journaux et les journalistes).

De ses premiers pas à la revue Quaderni après son DEA sous la direction de Lucien Sfez (Sciences Po. Paris) au séminaire sur les usages socionumériques et le DISTIC qu’il anime avec Paul Rasse depuis 2013 à l’ISCC (Paris), il met en avant son intérêt pour la transformation des médias et particulièrement la TV la télévision comme figure de la métamorphose des sociétés post-communistes à partir d’un voyage dans le paysage audiovisuel roumain qui a été le sujet de sa thèse de doctorat en 1996. Ses terrains de recherche sont d’une part le territoire à la lumière des SIC et du développement des médias audiovisuels locaux et régionaux, et d’autre les liens entre médias et politique et les questions d’épistémologie. En 2005, il plaidera dans le cadre de son HDR pour une meilleure structuration de la recherche sur le journalisme en questionnant l’importance des travaux sur le journalisme alors peu développés en France.

A travers sa participation à la revue Sur le journalisme, à un GIS sur les études de journalisme, au REJ (réseau d’études sur le journalisme) puis dès 2006 son intérêt pour la concurrence instituée par l’auto-publication et les blogs concurrençant les professionnels de l’information, les réseaux sociaux et les transformations du journalisme (publication en 2013 de Twitter, un monde en tout petit ? avec Gabriel Gallezot), Nicolas Pélissier continue a étudier le journalisme comme fait culturel, partie prenant des productions culturelles, mais différencié par son point de vue plus proche de la réalité tout en sortant du point de vue objectiviste. Il se sent plus proche des travaux d’Adeline Wrona (Gripic-Celsa) sur la littérature et le journalisme que de l’imprégnation du positivisme d’Auguste Comte.

Il travaille plus précisément sur les questions de storytelling à partir de 2010, avec Marc Marti du LIRCES, (deux ouvrages communs publiés, un troisième en préparation) et une approche renouvelée du journalisme narratif (émergence de nouveaux modèles comme la revue XXI) et réfléchit aux relations entre le récit journalistique et la créativité.

Fondateur de la collection Communication et civilisation chez L’Harmattan, il rappelle que celle-ci fêtera ses 20 ans le 22 septembre 2016.

 

Les travaux en cours et les projets du pôle CREAMED

  • Il est décidé de préparer un ouvrage de l’ensemble des travaux des chercheurs de CREAMED qui serait publié en septembre 2016 dans la collection Communication et civilisation chez L’Harmattan à l’occasion de son vingtième anniversaire. L’ouvrage sera coordonné par Maud Pélissier, Franck Renucci et Valentina Tirloni (à confirmer); les chercheurs sont invités à proposer un résumé de leur projet de publication pour le 25 mars 2016.
  • Colloque 4-5 octobre 2016 CUM (Centre Universitaire Méditerranéen), thème : Patrimoine matériel et immatériel de la Promenade des Anglais en collaboration avec la mission pour le classement à l’UNESCO : la liste des invités est en cours de bouclage.
  • Prochain colloque CREAMED Toulon le 25 mars
  • Journées Neptune 26-27 avril – le 26 avril pour CREAMED, la liste des intervenants n’est pas encore définitivement décidée, un mail va la préciser
  • Journée d’études « Le futur du cinéma » le 23 avril (avec Urlich Fisher) est organisée par Marcin Sobieszczanski à Cannes, salle Miramar (à confirmer).

 

Au niveau institutionnel, la séparation du laboratoire I3M Nice-Toulon en deux laboratoires distincts ne remet pas en question la volonté de chercheurs des deux sites de travailler ensemble. Un GIS est à l’étude pour permettre de continuer les collaborations fructueuses à l’intérieur du pôle CREAMED ;

Le pôle CREAMED se félicite de la labellisation IDEX de l’UCA qui lui permet de poursuivre son ambition d’excellence dans l’objectif de devenir une grande université de recherche au niveau mondial.

Un compte-rendu des actions de l’année 2015-16 des chercheurs sera publié rapidement ainsi que les actualités des chercheurs (publications, communications, colloques, nominations)

Enfin, le séminaire abordera à partir de son prochain rendez-vous, les travaux des doctorants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Programme séminaire du 29 janvier 2016

9h30  : « Transformations du journalisme et nouvelles écritures du réel » par Nicolas Pélissier
10h30 : «  médiations numériques et patrimoine » par Linda Idjéraoui-Ravez
12h – 14h déjeuner (le restaurant sera précisé plus tard)
14h – 15h30 : Après l’AG I3M, perspectives pour CREAMED et GIS
15h30 – 17h : 2016 : mise en oeuvre des journées d’études, colloques, séminaires, publications, etc.

Séminaire du 22 novembre 2015

Présents : Franck Renucci, Paul Rasse, Franck Debos, Christian Gérini, Laurent Collet, Bruno Girard, Christine Morzone, Véronique Pillet, Michèle Perez, Florence Moatti, Jean-Philippe Dupuy, Savo Zunjic, Iva Durdevic.

Le séminaire a eu lieu comme tous les précédents à la Médiathèque Noailles à Cannes.

Franck Renucci, qui a animé ce séminaire, l’a ouvert par la proposition qu’on fasse un tour de table lors de chaque rentrée, qui nous permettrait de connaître l’état de l’avancement des projets de recherche de chacun parmi les membres présents du pôle CREAMED.

Dans ce cadre Christian Gérini a présenté le projet France Culture Plus, qui permet l’intégration des contenus multimédia sur une page de ce portail. Cette initiative pourrait être utile pour notre laboratoire qui pourrait ainsi présenter des contenus issus des séminaires ou colloques filmés par nos propres moyens. Il est prévu un comité du pilotage, qui permettrait à faire une retransmission vidéo du colloque avec le logo de CREAMED ou éventuellement un montage du texte avec des images du colloque de Cannes prévu pour le début de 2017, ce qui lui donnerait une meilleure visibilité.

Paul Rasse présente ensuite une coopération en cours de réalisation avec la Mission pour la Promenade des Anglais, ayant pour l’objectif la désignation de Nice – capitale d’hiver pour l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO se traduisant par l’organisation d’un colloque sur le sujet du patrimonialisation en octobre 2016.

Franc Debos fait ensuite un point sur le projet SMART CAMPUS. L’Université Nice Sophia Antipolis a été labellisée par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie dans le cadre du plan industriel national « Réseaux électriques intelligents ». Le laboratoire I3M est impliqué parmi les 6 laboratoires de recherche de l’UNS, notamment sur la partie touchant l’aspect socio-économique et les usages.

Rappel de la date limite pour l’envoi des propositions de communication pour le prochain congrès de la SFSIC, organisé le 8,9 et 10 juin à Metz sur le thème de Temps, temporalités et information-communication, fixée pour le 5 janvier 2016 à minuit.

10h30 – 11h30 – Laurent Collet, chercheur à I3M de Toulon présente ses travaux sur les configurations et dispositifs sociotechniques d’information et de communication. Il fait une présentation thématique et non chronologique de son parcours de chercheur, compte tenu des fréquents retours aux anciens thèmes. Dans ses recherches portant dès le début sur l’approche socio-économique des multimédia, il intègre le concept des DISTIC.

Suite à sa thèse en SIC sur les enjeux de la conception et de la réalisation de produits multimédias de formation des opérateurs en entreprises, il questionne des usages et l’espace public qui se traduit par des recherches concernant les médias sportifs et les informations sportives sur Internet. Il travaille ensuite sur un projet de recherche sur le développement durable des territoires de montagne et les moyens de valorisation des territoires autrement que par le tourisme de masse, traduit par la notion du « panier de biens » – l’ensemble de biens d’un territoire touristique. Il fait également des recherches sur les bibliothèques de prêt et le développement des CMS permettant leur fonctionnement, ainsi que sur les scénarios d’usage, Human Lab et l’UX design. Ses derniers travaux sont en lien avec Airbus hélicoptères. La problématique de ses recherches porte sur la réappropriation de la chaine d’information et il cherche à étudier le lien entre individu, société et dispositifs techniques d’information et de communication.

Sa présentation a ensuite suscité la discussion sur le concept de tribu développé par Michel Maffesoli (Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, 1988).

11h30-12h30 – Franck Debos présente son parcours et ses travaux autour de la communication numérique et responsable, usages des individus et la question des dispositifs pour les organisations.

Après sa thèse en sciences de gestion, son champ d’intérêt s’oriente vers la communication responsable et ses acteurs. Il questionne l’importance de la critique des internautes, leurs exigences de la transparence des entreprises qui devient de plus en plus un facteur important assurant ainsi la compensation en forme de la personnalisation du service à la volatilité des consommateurs/clients/usagers.

Parmi ses axes de recherches figurent aussi le pilotage de l’entreprise à l’ère du numérique, les questions de l’utilisation du numérique pour pousser l’entreprise dans un comportement responsable, le développement durable et l’élaboration d’une approche collective de responsabilité et développement du travail collaboratif (Fablab).

Ses travaux s’inscrivent dans le pôle CREAMED par l’importance de la création, innovation et utilisation de nouveaux dispositifs dans la communication collaborative.

Après la pause déjeuner, Franck Renucci fait un point sur l’importance de la création du bilan du pôle CREAMED comprenant les résultats et les travaux réalisés jusqu’à présent. A partir de 2016, une nouvelle liste de diffusion sera également établie.

16h – 16h30 – Présentation du numéro 72 de la revue Hermès, L’artiste, un chercheur pas comme les autres, par Franck Renucci, auquel il a contribué ainsi que Christian Gérini. Il traite la problématique générale de la normalisation de Bologne s’appliquant aux formations supérieures du domaine de la création et des activités artistiques. Les articles de ce numéro montrent les effets de ce processus, particulièrement à travers la question centrale d’une définition « académique » de la recherche, inconnue jusqu’alors dans les domaines des formations artistiques. Les témoignages et analyses font ressortir les difficultés d’une stricte indexation de la recherche en matière de création sur les modèles qui dominent l’espace épistémologique de l’enseignement supérieur.

Cette question s’impose également en lien avec l’unification de l’UNS avec des écoles d’art de la région sous la communauté de l’Université Côte d’Azur. Le laboratoire possède déjà des liens surtout avec les écoles de danse de Cannes et de Marseille. Il serait intéressant de proposer les séminaires CREAMED aux artistes des écoles avec lesquelles nous avons une coopération.

Informations importantes concernant les prochains séminaires, colloques et congrès :

  • 30/11/2015 – de 15h30 à 21h conférence « Les réseaux du futur » sur la gestion et utilisation de données, organisée sous forme de trois tables rondes (Nos vies numériques, Mystérieuses Big Data, Perspectives de Valorisation du territoire) à SophiaTech.
  • 29 janvier : séminaire CREAMED portant sur l’évolution du pôle de recherche pour le prochain contrat et sur le projet de patrimonialisation de Nice – capitale d’hiver avec la participation de M. Laquièze, directeur de la Mission Promenade des Anglais.
  • 24 ou 25 mars séminaire CREAMED à Toulon sur les technologies créatives pour le son et les arts du spectacle dans le cadre de la semaine de la culture à l’université.
  • 23 Avril 2016 – projet de journée d’études sur les nouvelles technologies vidéographiques et dispositifs filmiques, organisée par Marcin Sobieszczanski et Bruno Girard.
  • 26-27/04/2016 – journées Neptune à Toulon ; une ½ journée sera consacrée à chaque pôle (Nice et Toulon ensemble) pour la présentation de ses travaux, d’où le besoin de constituer un bilan dès que possible. Il existe également la possibilité d’inviter un expert du domaine.
  • 4-5/10/2016 – projet colloque CREAMED au C.U.M. en coopération avec la Mission pour le classement de la Promenade des Anglais en tant que patrimoine mondial de l’UNESCO.
  • Début 2017 – colloque international CREAMED à Cannes, 80 participants prévus.

Autres propositions :

  • Discussion sur les perspectives de publication. Il serait à envisager un projet d’ouvrage au sein de CREAMED sur la création/innovation. Le lancement d’un cahier de recherche en forme d’onglet sur le site de CREAMED aurait pour l’objectif de créer à un moment donné une revue en ligne par pôle ou par chantier ayant une politique de publication.
  • Une autre proposition, faite par Bruno Girard, concerne l’organisation des soirées – séminaires où on pourrait discuter de nos projets (publications, propositions de communication etc.) et avoir les avis des autres membres de notre pôle autour d’un dîner ou un café.
  • Suite à la visio-conférence entre la ministre de l’Education nationale et la présidente de l’UNS sur la laïcité et son importance en vue des événements ayant eu lieu à Paris le 13 novembre, il serait à envisager éventuellement une soirée orientale à l’exemple de la soirée faite à Toulon (projection de film, danse, pièce de théâtre, discussion autour d’une table ronde…) au MAMAC, dans le cadre du prochain Mars aux musées, ou dans la grande salle de la Maison des associations sur la place Garibaldi.

Séminaire du 25 septembre 2015

Présents : Nicolas Pélissier, Franck Renucci, Paul Rasse, Lucienne Cornu, Linda Idjeraoui-Ravez, Hervé Zénouda, Valentina Tirloni, Maud Pélissier, Philippe Bellissent, Christine Morzone, Véronique Pillet, Ana Sezonov, Michèle Perez.

Invités : Frédéric Gimello-Mesplomb, Professeur des universités, directeur de l’équipe Culture et Communication du Centre Norbert Élias de l’université d’Avignon, délégué scientifique HCERS 71ème section et Isabelle Briançonnet, Maître de conférences membre de l’équipe Culture et Communication du Centre Norbert Élias de l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

IMG_7057Le séminaire s’est tenu comme les précédents à la médiathèque Noailles de Cannes.

Il s’est ouvert par un résumé de la réunion du 9 septembre à la Présidence de l’UNS avec la présidente de l’université Nice Sophia Antipolis, Frédérique Vidal, le président de l’université de Toulon, Éric Boutin, le directeur de l’école doctorale n° 509 en SHS « Civilisations et sociétés euro-méditerranéennes et comparées » de l’université de Toulon, Michel Durampart et le directeur du laboratoireI3M de l’université de Nice Sophia Antipolis, Paul Rasse, qui a présenté l’ensemble des configurations envisagées entre les différents laboratoires de la région PACA.

Nous avons eu ensuite le plaisir de recevoir Frédéric Gimello-Mesplomb directeur de l’équipe Culture et Communication du Centre Norbert Élias de l’université d’Avignon, accompagné d’Isabelle Briançonnet, MCF membre de son équipe qui nous ont présenté les activités du Centre Norbert Élias, leurs publications récentes, les projets de leur équipe et leurs champs de recherche personnels.

L’échange a été particulièrement intéressant et fructueux : les questions de recherche de l’équipe Culture et Communication recoupent nombreuses problématiques qui sont au cœur du pôle Creamed, notamment la réception des publics dans la médiation culturelle, tourné vers les arts du spectacle pour Frédéric Gimello-Mesplomb, et dans le cadre du Palais de Versailles, pour Isabelle Briançonnet qui étudie actuellement la réception des publics sino-asiatiques du château de Versailles après avoir étudié celle des populations locales du site d’Angkor.

Des croisements particulièrement enrichissants se sont révélés entre les thèses de doctorats des deux laboratoires entre arts, luxe et mode.

Maud Pélissier (laboratoire I3M, université de Toulon) nous a ensuite présenté la diversité de son parcours qui l’a mené jusqu’au sciences de l’information et de la communication :

  • Docteure en philosophie économique (Greqam)
  • MCF Sciences éco (Jean Monnet)
  • Demande de changement de section disciplinaire
  • MCF SIC, Toulon (2013)
  • Expatriation au Mozambique :
    • Création d’un master de journalisme à Maputo
    • Article sur le journalisme citoyen dans la revue Communication, Technologie et Développement (CTD)

Cette diversité a enrichi son approche de ses différentes thématiques de recherche.

À travers l’exemple de la philosophie économique, elle a mis en avant une convergence des regards que l’économiste et le philosophe portent sur les mêmes objets chacun selon le point de vue qui lui est propre, et nous a accompagné sur le cheminement d’un questionnement théorique qui l’amène à un champ de recherche qu’elle nomme « éthique de la communication » à partir de laquelle elle aspire à construire une philosophie de la communication.

Philippe Bellissent (chercheur associé au laboratoire I3M Nice) a ensuite développé des questions de recherche sur la construction de la légitimité en communication et la légitimité démocratique face à la légitimité d’expert en développant les différentes modalités de légitimité qu’il a cernés : pragmatique, cognitive et morale.

Paul Rasse a souligné l’importance dans cette notion de légitimité, d’isoler ses modalités de construction avec l’exemple du musée : lieu de la culture en train de se faire en légitimant la culture en train de se faire.

Après un déjeuner en bord de mer, nous avons envisagé l’organisation au premier semestre 2016 de deux journées liés à la candidature de la ville de Nice pour le classement de la Promenade des Anglais au patrimoine mondial de l’UNESCO ; où avec Claire Scopsi, Françoise Albertini, Daniel Raichvarg et d’autres collègues spécialistes, nous étudierons les notions d’inscription patrimoniale et de patrimoine culturel immatériel (PCI) liées à ce projet.

Enfin, nous avons travaillé avec nos collègues d’Avignon sur le projet du

1er Colloque international de Cannes

Sur les relations entre création, médiation et communication

(prévu pour novembre 2016)

Entre création, médiation, réception, et communication, les pistes de travail sont nombreuses notamment à partir de l’écriture numérique.

Ce colloque inclurait :

  • une journée d’ouverture réservée au RTRC (Réseau transméditerranéen de recherche en communication) sur « création, communication et diversité culturelle »
  • deux journées CREAMED dans lesquelles prendrait place notamment la valorisation des résultats des deux journées d’études à l’occasion d’une table ronde, mais aussi un atelier spécifique pris en charge par la faculté FJSC de Bucarest dans le cadre du XXIème colloque franco-roumain en SIC (CBFR) et un atelier spécifique sur « Le futur du cinéma à Cannes » co-animé par M. Sobieszczanski et B. Girard (I3M).

Il donnera lieu à un appel à communication pour le numéro 10 de la Revue Française des sciences de l’information et de la communication sur le thème création et communication qui serait publié au printemps 2017.

Rendez-vous le 20 novembre 2015 pour le 5ème séminaire CREAMED.

 

 

Programme rentrée 2015

Préparation du dossier de financement  à remettre au plus vite à la mairie de Cannes. Dans ce cadre, les responsables des programmes de recherche seront contactés cette semaine afin de définir l’appel à communication et la constitution du dossier en septembre.

A Cannes :
– 25 septembre (intervenants pressentis  : Laurent Collet, Franck Debos, Maud Pelissier)
– 20 novembre (intervenants pressentis  : Nicolas Pelissier, Philippe Belissent, Lucia Granget, Regianny Baros)
– 29 janvier (les doctorants de CREAMED et les chercheurs associés).

A Toulon :
– 25 mars 2016.
– Dates à définir : les journées scientifiques NEPTUNE de Toulon prévues au printemps 2016 seront consacrées cette année pour I3M au premier bilan de chaque Pôle.

Séminaire du 12 juin 2015

Médiathèque Noailles de Cannes
Le programme de la rencontre est le suivant :
9h30 10h30 : les dispositifs socionumériques : de la narration aux usages,  par Céline Masoni-Lacroix, qui présentera ses travaux et contrats de recherche
11h30-12h30 : de la cyberdépendance aux MOOC, réflexions sur les transformations de la communication, la sociabilité et les apprentissages à l’ère du numérique, par Nicolas Oliveri, MCF IDRAC, chercheur I3M
12h45-14h15 : déjeuner
14h30-15H30 : Médiation du patrimoine, mémoire et écriture des dispositifs interactifs, présentation des travaux de Linda Idjeraoui-Ravez
15h30-16h30 : De la singularité dans la narration filmique et documentaire, présentation des travaux de Bruno Girard
16h30-17h00 : discussion sur le projet de colloque international sur « Création, médiation et communication ».
Pour des raisons indépendantes de notre volonté, le compte-rendu n’a pu être mise en ligne.