Soutiens institutionnels

Notre projet continue d’avancer.

Depuis le 5 mars 2015, Nous avons reçu officiellement un précieux soutien :

LOGO-EPA-2

et nous avons aussi le soutien logistique de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Notre objectif de produire un projet de recherche  impliquant à la fois les institutions, les citoyens et les entreprises, appliqué à un territoire innovant pour parvenir à un co-construction d’un « vivre-ensemble » de qualité, nous conduit à traduire nos travaux sous la forme d’un  web-documentaire qui utilisera toutes les ressources recueillies dans la réalisation de ce projet : patrimoine matériel et immatériel, images, mémoire des habitants, ingénierie du projet Eco-Vallée…

Le web-documentaire, un objet transmédia par excellence, offre un potentiel innovant de présentation de textes, de vidéos, de sons, d’images, modulable et actualisable à l’infini, il est aussi bien adapté à la lecture sur tous les écrans, du grand écran d’une salle de projection à celui d’un smartphone ou d’une tablette.

Les trois axes de ce projet : valorisation du patrimoine, création d’un parcours artistique et expression de la vie locale s’articuleront parfaitement dans cette configuration.

Chronologie Éco-Vallée

Un bref résumé des évènements de mars à septembre 2014

Mars : accord de Nicolas Pélissier pour reprendre le projet à zéro.

Mai : Christine Morzone rencontre deux décideurs de la Métropole Nice Côte d’Azur pour annoncer le projet.

Juin : Nicolas obtient un rendez-vous avec Véronique Paquis, adjointe au maire de Nice, déléguée à l’Environnement, la Recherche et l’Université

Juillet

2 juillet : Atelier citoyen de Carros auquel assiste une partie de notre équipe. Christine et Véronique prennent contact directement avec Christian Tordo (président de l’EPA).

17 juillet : Rendez-vous avec Véronique Paquis à la mairie de Nice (Nicolas Pélissier, Christine Morzone, Véronique Pillet). Le projet l’intéresse, elle le transmet à Christian Tordo, président de l’EPA, et nous demande de prendre contact avec le directeur de l’IMREDD.

Août 

27 août : atelier citoyen de Colomars, Christian Tordo nous informe de son souhait d’organiser une réunion pour discuter du projet en détail avec ses directeurs.

Septembre

1er septembre : rendez-vous avec le directeur de l’IMREDD, Pierre-Jean Barre et présentation du projet (Paul Rasse, Nicolas Pélissier, Christine Morzone, Véronique Pillet)

 Octobre-Novembre 2014

Le projet qui a recueilli l’approbation de tous les décideurs auxquels il a été présenté doit triompher d’obstacles inattendus…

Décembre 2014

Nous rencontrons officiellement Christian Tordo, président de l’EPA, après avoir discuté plusieurs fois de notre projet avec lui à l’occasion des concertations citoyennes.

Il croit beaucoup à notre projet malgré les difficultés de financement.

La rencontre est très cordiale.

Janvier 2015

Le 21, nous présentons le projet au directeur général de l’EPA, Pascal Gauthier.

La difficulté principale pour lui réside dans l’absence de budgets disponibles au sein même de l’EPA.

Il nous faut donc reprendre nos consultations auprès de chaque collectivité territoriale, pour trouver les fonds.La nouvelle association créée, dans le pôle Creamed, pour offrir les services d’expertise de nos chercheurs portera les recherches de financement et la gestion des budgets.

Février 2015

Nous reprenons les contacts, dans un objectif précis : le financement d’au moins un projet, pour engager le partenariat avec l’Eco-Vallée.

La concertation citoyenne dans l’Éco-Vallée de la plaine du Var.

La concertation citoyenne dans l’Éco-Vallée de la plaine du Var.

Les trois projets de recherche appliquée du programme de recherches laboratoire I3m concernant le territoire de l’Éco-Vallée plaine du Var visent particulièrement à participer à la recomposition territoriale et à sa cohérence par l’information territoriale, un parcours artistique connecté, la mise en récit  de ce territoire à travers des dispositifs socio-techniques d’information et de communication propres a notre discipline.

Un processus institutionnel de communication et d’information de l’Établissement public d’aménagement (EPA) de l’Éco-Vallée a été mis en place et s’est développé parallèlement à l’avancée du projet. Depuis septembre 2011, soit trois ans après la création de l’OIN, un programme de concertation sur le projet a été initié auquel sont associés les acteurs locaux, les élus, les associations, les maires du périmètre de l’Éco-Vallée, les entreprises économiques, les urbanistes, l’ensemble de la société civile. Cette concertation s’est organisée à partir des cadres de références que sont le Grenelle de l’environnement, le code de l’urbanisme, les agendas 21 qui préconisent  une participation de la population et des acteurs locaux par souci de démocratie mais aussi par souci d’efficacité (mobilisation générale autour du projet de territoire adopté en 2012, enrichissement par l’expertise d’usages). Cette concertation continue, autour des projets déjà définis voir en phase opérationnelle, se développe en 2014 par la mise en place d’un comité permanent de concertation et par un projet stratégique et opérationnel (PSO) feuille de route du projet Éco-Vallée qui est présenté aux citoyens et habitants de la plaine du var à travers différents outils d’information et de communication : ateliers citoyens, en partenariat avec les collectivités, mise à disposition de registre, contributions sur internet ou par courrier. Conjointement à l’ensemble de ce processus de concertation une contestation s’est développée contre le projet de l’EPA, regroupant les citoyens contestataires dans différentes associations.

Force est de constater, pour avoir assisté a la première phase de concertation et aux deux premiers ateliers citoyens, que cette contestation est surtout visible quand l’EPA s’adresse directement au simple citoyen ou habitant du territoire comme si une partie de la population plus concernée par le développement économique du territoire était déjà acquise au projet, sollicitait de simples aménagements, entrait délibérément dans le processus de concertation de l’EPA à l’encontre des associations et simples habitants pour qui le projet est une atteinte à leur qualité de vie et à leur environnement.

Le premier grief évoqué par les contestataires est que la concertation est un simulacre car elle est établie sur des projets définis ou déjà en phase opérationnelle ce qui ne permet pas aux citoyens de pouvoir orienter ou influer sur les choix des « décideurs ». Ils se sentent alors dépossédé de leur territoire et les ateliers citoyens ne permettraient pas un véritable dialogue car conçus dans un cadre directif par une instance de production qui va déterminer l’information à diffuser, qui va diriger vers un jeu thématique bref une communication descendante qui oriente et dirige. Aussi quand le simple citoyen ou sa représentation par l’association prend la parole, il interpelle alors cette instance dirigeante avec véhémence ce qui rend alors tout échange dialogue constructif impossible. Au deuxième atelier le 27 aout à Colomars, ces citoyens et associations ont quitté le lieu des « échanges » très rapidement en ayant auparavant fait une déclaration commune sur leur position à la télévision régionale FR3.

Si nous  nous positionnons dans le cadre théorique de la recherche universitaire nous pouvons dire que l’espace public, déterminé par la construction de ce territoire, ne permet de développer un espace communicationnel établit sur l’éthique de la discussion selon Habermas. La forme de concertation développée par l’EPA s’inscrit dans le cadre de l’agir communicationnel rendant la participation symbolique plutôt que dans le cadre de l’agir communicationnel qui permettrait de communiquer d’égal à égal, avec réciprocité et par le biais du langage d’arriver à la dimension communicationnelle de l’échange. En considérant le citoyen comme un partenaire et en instaurant avec lui un contrat de partenariat, sa participation symbolique se transforme car si tout partenariat renvoie à un «faire», il ne peut se passer du «dire» qui lui est même constitutif. Le partenariat constitue en effet un espace d’interaction langagière où se jouent en permanence les conditions du dialogue et de l’accord entre les protagonistes. Cette perspective, qui suppose de prêter à la communication un pouvoir dialogique, renvoie à l’éthique de la discussion d’Habermas.

C’est alors que le programme de recherche développé par le laboratoire I3M prend tout son sens. En suivant la concertation institutionnelle, en nous présentant à chaque fois comme universitaires, chercheurs en SIC, observateurs nous avons ouvert un espace de médiation. Nous avons pu instaurer un véritable dialogue avec les habitants et les associations qui viennent spontanément vers nous et nous parle sans agressivité de leur préoccupations, de leur désir d’avenir, de leur conception du vivre ensemble. Notre rôle peut être primordial dans la construction de ce territoire, les trois axes de recherche développés permettraient de renouer le dialogue car nous avons la possibilité de dialoguer d’égal à égal en allant vers l’habitant et en lui donnant la parole sur ses propres inquiétudes. Nous avons la possibilité de restaurer le lien et en donnant au citoyen l’opportunité de co-construire leur futur territoire, en interrogeant leur mémoire, le passé de la plaine du var, leur désir d’avenir, nous inscrivons ce projet Éco-Vallée dans une mise en récit qui va structurer l’imaginaire territorial de ce nouvel espace et créer une vision partagée de celui-ci.

Christine Morzone

Génèse du projet IM3 pour l’Éco-Vallée

Genèse du projet I3M pour l’Eco-Vallée

Nous devons rappeler en préambule que ce projet porte sur une Opération d’Intérêt National considérable qui change la physionomie du territoire des Alpes Maritimes dans les prochaines années, tant du point du vue du logement, des transports, des activités économiques, de l’enseignement supérieur et de la recherche, faisant de la Métropole Nice-Côte d’Azur un exemple exceptionnel de territoire éco-exemplaire et innovateur.

Le lien ci-après permet d’accéder au projet de territoire présenté par l’EPA, établissement public d’aménagement de la plaine du Var.

http://www.ecovallee-plaineduvar.fr/un-projet-de-territoire/un-document-fondateur

Le projet que nous présentons dans ce blog est l’aboutissement de la démarche de recherche d’une doctorante sur le point de soutenir sa thèse : Christine Morzone du laboratoire I3M (Université Nice Sophia Antipolis)

Cette fonctionnaire chargée de mission au ministère de l’écologie (DDTM 06) a pris conscience des enjeux de l’éco-vallée dès la naissance de l’OIN en 2008 et a décidé de consacrer son mémoire de master recherche en sciences de l’information et de la communication à la concertation publique et au débat citoyen dans le cadre de l’éco-Vallée en 2010.

Les recherches menées dans le cadre de son master l’ont convaincue de la nécessité de consacrer à la concertation citoyenne sur ce territoire et ce projet un travail plus approfondi sous la forme d’une thèse de doctorat initiée en 2011 qu’elle soutiendra dans quelques mois.

Parallèlement dès 2012, elle a proposé d’impliquer le laboratoire I3M dans une collaboration avec l’Eco-Vallée, mais c’est en 2013 en présentant un état d’avancement de sa thèse à l’ensemble du laboratoire qu’elle a sensibilisé le directeur adjoint du laboratoire, Nicolas Pélissier, aux opportunités de recherche en SIC offertes par l’OIN.

Elle est l’auteur d’un projet de Maison de l’Eco-Vallée à la fois virtuelle et physique  transmis en 2013 aux décideurs de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Rejointe par Véronique Pillet, une autre doctorante, par ailleurs spécialiste de l’ingénierie de projet qui travaille sur l’esthétique de la communication, elle a initié une nouvelle étape du projet qui emprunte des voies innovantes de la concertation citoyenne.

Leur objectif commun est de créer à travers différents dispositifs de communication, comme le recueil de la mémoire des habitants des lieux et la mise en valeur du territoire par les citoyens, une synergie positive entre le territoire et les habitants.

Leurs problématiques de recherche appliquée sont au cœur des préoccupations contemporaines de co-construction territoriale permettant d’associer acteurs et citoyens afin d’aboutir à une vision partagée du dessein du territoire.

Ce premier projet  présenté aux différents décideurs depuis quelques mois s’articule sur trois axes : la valorisation de la mémoire du territoire par ses habitants, la création de liens territoriaux par un parcours artistique à travers les différentes zones d’aménagement et la mise en place d’un dispositif d’information et de participation adapté aux attentes des citoyens.

Les trois axes expriment une vision innovante de la participation des citoyens de la co-construction d’un territoire innovant et éco-exemplaire.

Il faut souligner que ce projet de recherche s’inscrit dans un programme de recherche sur le long terme qui suivra l’évolution de ce territoire sur plusieurs années parallèlement aux avancées des sciences de l’information et de la communication rendant cet objet d’étude particulièrement attractif pour les SIC et le rayonnement de notre laboratoire.