Génèse du projet IM3 pour l’Éco-Vallée

Genèse du projet I3M pour l’Eco-Vallée

Nous devons rappeler en préambule que ce projet porte sur une Opération d’Intérêt National considérable qui change la physionomie du territoire des Alpes Maritimes dans les prochaines années, tant du point du vue du logement, des transports, des activités économiques, de l’enseignement supérieur et de la recherche, faisant de la Métropole Nice-Côte d’Azur un exemple exceptionnel de territoire éco-exemplaire et innovateur.

Le lien ci-après permet d’accéder au projet de territoire présenté par l’EPA, établissement public d’aménagement de la plaine du Var.

http://www.ecovallee-plaineduvar.fr/un-projet-de-territoire/un-document-fondateur

Le projet que nous présentons dans ce blog est l’aboutissement de la démarche de recherche d’une doctorante sur le point de soutenir sa thèse : Christine Morzone du laboratoire I3M (Université Nice Sophia Antipolis)

Cette fonctionnaire chargée de mission au ministère de l’écologie (DDTM 06) a pris conscience des enjeux de l’éco-vallée dès la naissance de l’OIN en 2008 et a décidé de consacrer son mémoire de master recherche en sciences de l’information et de la communication à la concertation publique et au débat citoyen dans le cadre de l’éco-Vallée en 2010.

Les recherches menées dans le cadre de son master l’ont convaincue de la nécessité de consacrer à la concertation citoyenne sur ce territoire et ce projet un travail plus approfondi sous la forme d’une thèse de doctorat initiée en 2011 qu’elle soutiendra dans quelques mois.

Parallèlement dès 2012, elle a proposé d’impliquer le laboratoire I3M dans une collaboration avec l’Eco-Vallée, mais c’est en 2013 en présentant un état d’avancement de sa thèse à l’ensemble du laboratoire qu’elle a sensibilisé le directeur adjoint du laboratoire, Nicolas Pélissier, aux opportunités de recherche en SIC offertes par l’OIN.

Elle est l’auteur d’un projet de Maison de l’Eco-Vallée à la fois virtuelle et physique  transmis en 2013 aux décideurs de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Rejointe par Véronique Pillet, une autre doctorante, par ailleurs spécialiste de l’ingénierie de projet qui travaille sur l’esthétique de la communication, elle a initié une nouvelle étape du projet qui emprunte des voies innovantes de la concertation citoyenne.

Leur objectif commun est de créer à travers différents dispositifs de communication, comme le recueil de la mémoire des habitants des lieux et la mise en valeur du territoire par les citoyens, une synergie positive entre le territoire et les habitants.

Leurs problématiques de recherche appliquée sont au cœur des préoccupations contemporaines de co-construction territoriale permettant d’associer acteurs et citoyens afin d’aboutir à une vision partagée du dessein du territoire.

Ce premier projet  présenté aux différents décideurs depuis quelques mois s’articule sur trois axes : la valorisation de la mémoire du territoire par ses habitants, la création de liens territoriaux par un parcours artistique à travers les différentes zones d’aménagement et la mise en place d’un dispositif d’information et de participation adapté aux attentes des citoyens.

Les trois axes expriment une vision innovante de la participation des citoyens de la co-construction d’un territoire innovant et éco-exemplaire.

Il faut souligner que ce projet de recherche s’inscrit dans un programme de recherche sur le long terme qui suivra l’évolution de ce territoire sur plusieurs années parallèlement aux avancées des sciences de l’information et de la communication rendant cet objet d’étude particulièrement attractif pour les SIC et le rayonnement de notre laboratoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *