Séminaire du 29 janvier 2016

IMG_0514

 

Séminaire du 29 janvier 2016

Médiathèque Noailles – Cannes

Présents : Linda Idjeraoui-Ravez, Maud Pélissier, Franck Renucci, Hervé Zenouda, Marcin Sobieszczanski, Nicolas Pélissier, Paul Rasse, Philippe Bellissent, Asma Belhassine, Christine Morzone, Iva Durkevic, Savo Zunjic, Véronique Pillet-Anderlini.

Dans le cadre du cycle de présentation des champs de recherche des membres du pôle Creamed, Linda Idjeraoui-Ravez a fait une présentation de ses travaux en articulant ses problématiques autour d’une part de la mémoire et des traces, de l’autre du web 3.0 et insistant sur les liens entre ces deux axes.

A travers le chapitre qu’elle a rédigé de l’ouvrage « Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux », elle a explicité les liens entre ces deux champs de recherche, notamment à travers ses travaux sur les deux terrains qu’elle a choisi : la Cité nationale de l’immigration et le musée du Quai Branly. En s’interrogeant sur l’inter-culturalité et le patrimoine à travers les langages de l’expression muséale, et la problématique de la médiation muséale à travers les pratiques muséales, elle se propose d’élaborer une théorisation de la web-muséologie. Elle s’attache plus particulièrement à évaluer les enjeux de la participation des publics et de la modification du paradigme relationnel entre le visiteur et l’institution et pose la question de « l’enrichissement » des visites dans le cadre d’une démocratisation de la culture et celle de l’engagement des visiteurs dans le musée, ce « sacre de l’amateur » relevant de choix politiques.

Elle aborde la question de l’ostentation de l’exposition à travers les époques, des écomusées résultant de la régionalisation dans les années 1970 et dès les années 1980 des préconisations des fidèles du Mouvement de Nouvelle Muséologie (MINOM)d onnant naissance à de nouvelles formes de l’action muséale :

  • Démocratisation
  • Participation,
  • Contribution,
  • Interaction,
  • Médiations ludiques (bornes interactives),
  • Structuration de l’information (sur le web avec le documentarisme),
  • Mise à la disposition des visiteurs des dispositifs accessibles uniquement auparavant aux professionnels des musées,
  • Auctoralité.

Elle se livre actuellement à une analyse sémio-pragmatique des médiations muséales extensives et inclusives en posant la question des conséquences de leur digitalisation sur la perception du musée in situ et virtuel.

Nicolas Pélissier s’est proposé de nous faire parcourir les vingt années précédentes de sa carrière en mettant en lumière la tension inhérente à ses travaux entre la théorisation (études sur les relations entre communication et civilisation) et l’étude d’un objet plus empirique (les journaux et les journalistes).

De ses premiers pas à la revue Quaderni après son DEA sous la direction de Lucien Sfez (Sciences Po. Paris) au séminaire sur les usages socionumériques et le DISTIC qu’il anime avec Paul Rasse depuis 2013 à l’ISCC (Paris), il met en avant son intérêt pour la transformation des médias et particulièrement la TV la télévision comme figure de la métamorphose des sociétés post-communistes à partir d’un voyage dans le paysage audiovisuel roumain qui a été le sujet de sa thèse de doctorat en 1996. Ses terrains de recherche sont d’une part le territoire à la lumière des SIC et du développement des médias audiovisuels locaux et régionaux, et d’autre les liens entre médias et politique et les questions d’épistémologie. En 2005, il plaidera dans le cadre de son HDR pour une meilleure structuration de la recherche sur le journalisme en questionnant l’importance des travaux sur le journalisme alors peu développés en France.

A travers sa participation à la revue Sur le journalisme, à un GIS sur les études de journalisme, au REJ (réseau d’études sur le journalisme) puis dès 2006 son intérêt pour la concurrence instituée par l’auto-publication et les blogs concurrençant les professionnels de l’information, les réseaux sociaux et les transformations du journalisme (publication en 2013 de Twitter, un monde en tout petit ? avec Gabriel Gallezot), Nicolas Pélissier continue a étudier le journalisme comme fait culturel, partie prenant des productions culturelles, mais différencié par son point de vue plus proche de la réalité tout en sortant du point de vue objectiviste. Il se sent plus proche des travaux d’Adeline Wrona (Gripic-Celsa) sur la littérature et le journalisme que de l’imprégnation du positivisme d’Auguste Comte.

Il travaille plus précisément sur les questions de storytelling à partir de 2010, avec Marc Marti du LIRCES, (deux ouvrages communs publiés, un troisième en préparation) et une approche renouvelée du journalisme narratif (émergence de nouveaux modèles comme la revue XXI) et réfléchit aux relations entre le récit journalistique et la créativité.

Fondateur de la collection Communication et civilisation chez L’Harmattan, il rappelle que celle-ci fêtera ses 20 ans le 22 septembre 2016.

 

Les travaux en cours et les projets du pôle CREAMED

  • Il est décidé de préparer un ouvrage de l’ensemble des travaux des chercheurs de CREAMED qui serait publié en septembre 2016 dans la collection Communication et civilisation chez L’Harmattan à l’occasion de son vingtième anniversaire. L’ouvrage sera coordonné par Maud Pélissier, Franck Renucci et Valentina Tirloni (à confirmer); les chercheurs sont invités à proposer un résumé de leur projet de publication pour le 25 mars 2016.
  • Colloque 4-5 octobre 2016 CUM (Centre Universitaire Méditerranéen), thème : Patrimoine matériel et immatériel de la Promenade des Anglais en collaboration avec la mission pour le classement à l’UNESCO : la liste des invités est en cours de bouclage.
  • Prochain colloque CREAMED Toulon le 25 mars
  • Journées Neptune 26-27 avril – le 26 avril pour CREAMED, la liste des intervenants n’est pas encore définitivement décidée, un mail va la préciser
  • Journée d’études « Le futur du cinéma » le 23 avril (avec Urlich Fisher) est organisée par Marcin Sobieszczanski à Cannes, salle Miramar (à confirmer).

 

Au niveau institutionnel, la séparation du laboratoire I3M Nice-Toulon en deux laboratoires distincts ne remet pas en question la volonté de chercheurs des deux sites de travailler ensemble. Un GIS est à l’étude pour permettre de continuer les collaborations fructueuses à l’intérieur du pôle CREAMED ;

Le pôle CREAMED se félicite de la labellisation IDEX de l’UCA qui lui permet de poursuivre son ambition d’excellence dans l’objectif de devenir une grande université de recherche au niveau mondial.

Un compte-rendu des actions de l’année 2015-16 des chercheurs sera publié rapidement ainsi que les actualités des chercheurs (publications, communications, colloques, nominations)

Enfin, le séminaire abordera à partir de son prochain rendez-vous, les travaux des doctorants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *